vendredi 11 novembre 2016

La fierté : une ressource qui coûte très peu et qui rapporte beaucoup : Le management de la fierté


La fierté est une étonnante ressource pour les organisations de travail.
Pour la créer et la renforcer,
elle demande très peu de dépense de temps,
ainsi
elle coute très peu cher
par contre
elle rapporte beaucoup
Un collaborateur dont le manager sait renforcer sa fierté travaillera avec bien être même dans des conditions difficiles.
Lui faire découvrir et savourer ses réussites obtenue par la mise en œuvre de ses compétences et son intelligence des situations professionnelles produit une fierté qui le nourrira de l’intérieur.
Il n’y a pas de plus grande richesse pour un professionnel que sa propre fierté.

En effet la fierté est une force auto construite par le collaborateur lorsqu’il découvre sa manière de dépasser les obstacles en envisageant les contraintes comme des opportunités à utiliser pour être plus libre et plus fier de dominer son environnement technique et de se sentir utile à ses pairs.
Cette fonction auto motivante produit ses effets par elle-même :
le professionnel fier travaille sans compter, il ne demande aucune rétribution en plus du juste salaire. Lui proposer une prime d’argent pour reconnaître sa productivité est une hérésie.
La prime c’est la fierté elle-même.
Par contre la fierté replace le chef dans une position de serviteur de la découverte des capacités à dépasser les obstacles dont le collaborateur est le seul responsable.


Comment opérer le management de la fierté

Le management de la fierté impose  de respecter des règles précises
d’abord son objectif :  
Il s’agit de renforcer la représentation du professionnel qui se revoit réussir en utilisant des outils adaptés et des attitudes innovantes.
ensuite ses outils
Pour cela, le manager s’intéresse à la manière dont le professionnel a dépassé des difficultés ou comment il a négocié une activité délicate.
Au cours de la réalisation des tâches, il y a toujours des moments qui demandent plus d’attention c’est là que se loge le ferment de la fierté.
La méthode consiste à procéder par question et jamais par affirmation.
Quotidiennement
Le manager porte un intérêt de quelques secondes à chacun de ses collaborateurs ou en équipe
la question est simple :
Aujourd’hui est ce que vous avez rencontré des moments un peu plus délicats ou difficiles.
si la réponse est affirmative, il peut poursuivre par
vous pouvez m’en dire un peu plus ?
ou peux-tu me raconter comment tu as fait ?
Les réponses donnent à voir au manager des évènements qui lui auraient été masqués
non pas volontairement, mais parce que ces moments de réussite ne remontent pas à la mémoire puisqu’ils font le quotidien et leur résolution les fait oublier.
La mémoire est plus envahie par les échecs toujours présents puisqu’il faut les réparer.
si la réponse est négative
par la manifestation d’un étonnement du type « Ah bon ! »
le manager laisse le collaborateur ou  l’équipe être interrogé par l’intérêt qu’il porte à leur travail.



Régulièrement,
En débriefing, en briefing avec une équipe, dans un entretien à deux entre deux portes ou dans un entretien plus personnalisé il prend plus de temps de l’ordre de 5 à  10 minutes pendant lesquelles il décide d’aller plus loin.
Dans ces situations, le manager s’ingéniera
1.       à faire raconter un moment où le professionnel a exécuté une tâche délicate qui a demandé plus de concentration
2.       à partir du récit, il fera expliciter l’enchaînement des décisions prises dans l’action :
·         les décisions prises pour utiliser les bons outils qui l’ont aidé à dépasser une difficulté
·         pour trouver les outils ou les attitudes qu’il a inventés ou qu’il a adaptés.
3.       Par l’analyse du micro processus décisionnel mis en œuvre lors d’une décision significative
En suivant scrupuleusement la chronologie de ses trois étapes, le manager 
·         renforce la puissance de créativité par l’utilisation inhabituelle de tels ou tels outils.
·         Développe la confiance en soi par la compétence explicitée  
·         crée ou renforce la fierté comme ressource inestimable 
·         construit une reconnaissance sans limite dans le manager serviteur de la coordination
·         opère une fidélisation unique des collaborateurs en coopération.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire